Bienvenue

Bienvenue sur le blog du Centre Chiropratique Auxerrois

lundi 9 mai 2016

Les Nouvelles de la Chiro Mai 2016


8 raisons pour lesquelles la Chiropraxie est le meilleur traitement pour les lésions causées par les accidents de la route.



          Des milliers de personnes sont blessées chaque année après un accident de voiture, même quand les dégâts matériels sont considérés comme « mineurs ». Avec des conséquences sur le long, voire même le très long terme. En fait, la recherche montre qu’un nombre important de patients commence à ressentir des douleurs 10 ans, voire 15 ans après l’accident ! La chiropraxie est un des meilleurs moyens de soigner et de guérir ce type de lésions. Elle permet de restaurer la fonction normale de la colonne vertébrale, afin que les tissus puissent cicatriser et ne plus être douloureux. Si vous avez subi ce genre d’accident, voici comment la chiropraxie peut vous aider :



1.       La chiropraxie réduit l’inflammation : Dans une collision, les ligaments et les muscles qui soutiennent votre colonne vertébrale peuvent être étirés et présenter ensuite des micro-déchirures, difficilement observables sur une radio, voire une IRM. Ces microlésions causent de l’inflammation dans la  région concernée. Souvent, une personne victime d’une collision ne ressent pas de douleur immédiatement, mais elle se réveille le lendemain matin avec le cou complétement raide et douloureux : c’est la réponse inflammatoire à ces lésions. Une étude de 2010 a montré que les ajustements chiropratiques stimulaient la diffusion dans l’organisme d’interleukine 6 (IL-6), une substance naturelle essentielle à la guérison des tissus abimés.

2.       La chiropraxie restaure la mobilité : Un autre problème avec l’inflammation, c’est que les tissus deviennent immobiles, ce qui retarde la cicatrisation. Les ligaments de la colonne vertébrale ne reçoivent pas beaucoup de nutriments ni d’apport sanguin ordinairement, et encore moins quand ils sont enflammés et lésés. Durant un ajustement, les articulations de votre colonne sont mobilisées, ce qui améliore le flux sanguin et donc l’apport de nutriments dans la région concernée.

3.       La chiropraxie réduit les tissus cicatriciels : Votre organisme guérit les ligaments, les tendons, et les muscles en créant du tissu cicatriciel. Ce tissu est formé par les mêmes cellules que le tissu original, mais déposé rapidement et aléatoirement, comme un « pansement » temporaire sur la région lésée. Dans un gros muscle, vous pouvez étirer (stretching) vous-même les tissus concernés, mais les tissus cicatriciels dans les ligaments de votre colonne cervicale peuvent être particulièrement dérangeants parce que vous ne pouvez pas les étirer vous-même. C’est le travail du chiropracteur qui, en vous ajustant, vous libère de ces adhérences. 

4.       La chiropraxie soulage la douleur localisée : Depuis les vingt dernières années, d’innombrables études ont démontré la sureté et l’efficacité de la chiropraxie pour soulager les douleurs. En fait, en 2013, l’une d’elles a démontré que 94% des patients souffrant des cervicales avaient été soulagés par des manipulations vertébrales ! 

5.       La chiropraxie diminue les douleurs diffuses : Beaucoup de victimes d’accident de voiture souffrent de douleurs diffuses, surtout quand ils ne sont pas soignés dès le début. Une étude de 2014 a montré que les patients ayant été ajustés avaient un taux sanguin plus haut d’hormones « antidouleurs ».

6.       La chiropraxie diminue le stress : Un accident de voiture est un évènement très stressant, surtout quand vous souffrez. Une étude de 2011 a utilisé des PET scans de cerveaux de patients recevant des ajustements cervicaux. Lors des ajustements, ils ont observé une diminution d’activité des régions cérébrales responsables de la douleur et du stress ! Ils ont également observé une diminution des taux de cortisol (hormone du stress), et une meilleur qualité de vie en général rapportée par les patients après les traitements.

7.       La chiropraxie marche ! Depuis des décennies, les chercheurs ont montré que la chiropraxie était un excellent moyen de récupérer d’un accident de voiture. En 1996, des chercheurs anglais ont démontré que 93% des victimes de traumatismes cervicaux suite à un accident avaient ressenti une nette amélioration de leur condition après avoir été soignés par la chiropraxie. En 2015, dans l’Ontario, le gouvernement a reconnu que la manipulation vertébrale, associée à une activité et un travail continus, étaient la meilleure façon de récupérer rapidement d’un accident de voiture.

8.       La chiropraxie employée dès le début prévient les douleurs chroniques : Des études faites en 2000 et 2003 ont démontré que les patients soignés le plus tôt récupéraient plus vite et présentaient moins de séquelles de leur accident, ce qui, à long terme, est l’essentiel.



Références :



·         Roy RA, Boucher JP, Comtois AS. Inflammatory response following a short-term course of chiropractic treatment in subjects with and without chronic low back pain. Journal of Chiropractic Medicine 2010;9(3):107-14.

·         Masaracchio M, et al. Short-term combined effects of thoracic spine thrust manipulation and cervical spine nonthrust manipulation in individuals with mechanical neck pain: a randomized clinical trial. The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy 2013;43(3):118-27.

·         Plaza-Manzano, G, et al. Changes in biochemical markers of pain perception and stress response after spinal manipulation. Journal Orthopaedic and Sports Physical Therapy 2014;44(4):231-9.

·         Ogura T, Tashiro M, Masud M, Watanuki S, et al. Cerebral metabolic changes in men after chiropractic spinal manipulation for neck pain. Alternative Therapies 2011;17(6):12-7.

·         Woodward MN, Cook JCH, Gargan MF, Bannister GC. Chiropractic treatment of chronic ‘whiplash’ injuries. Injury: International Journal of the Care of the Injured 1996;27(9):643-645.

·         Wong JJ, Côté P, Shearer HM, Carroll LJ, Yu H, Varatharajan S, Southerst D, van der Velde G, Jacobs C, Taylor-Vaisey A. Clinical practice guidelines for the management of conditions related to traffic collisions: a systematic review by the OPTIMa Collaboration. Disability & Rehabilitation 2015;37(6):471-89.

·         Rosenfeld M, Gunnarsson R, Borenstein P. Early intervention in whiplash-associated disorders: a comparison of two treatment protocols. Spine 2000; 25(14): :1782-7.

·         Rosenfeld M, Seferiadis A, Carlsson J,and Gunnarsson R. Active intervention in patients with whiplash-associated disorders. Spine 2003; 28(22):2491-8.

8 raisons

 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire