Bienvenue

Bienvenue sur le blog de Benoit Rouy, chiropracteur diplômé du National College of Chiropractic de Chicago et exerçant à Auxerre depuis 1984.

vendredi 26 juillet 2013

LETTRE D’INFORMATIONS CHIROPRATIQUES JUILLET 2013


MIGRAINES CHRONIQUES ET CHIROPRATIQUE
 
                                       Une étude récente du Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics (JMPT) montre une amélioration des symptômes chez des patients migraineux chroniques soignés par la chiropratique. L’étude a été faite sur 177 volontaires qui souffraient en moyenne depuis 18 ans,  en Australie, à l’Université de Macquarie. La plupart des participants souffraient également de douleurs cervicales.

      Les  résultats obtenus chez les patients ayant bénéficié d’ajustements chiropratiques montrent une amélioration significative de la durée, de la fréquence et de la gêne occasionnée par les crises migraineuses.

      L’étude montre également chez ces patients une forte réduction de l’utilisation de médicaments (et donc des nombreux  effets secondaires associés à ces mêmes médicaments).

      Accessoirement, 59% des patients ne souffraient plus du rachis cervical après deux mois de traitement chiropratique.
 

CONSTIPATION ET CHIROPRATIQUE
 

     La même revue (JMPT) publie une intéressante  étude de cas montrant les très bons résultats obtenus chez un jeune patient de 8 ans souffrant de constipation chronique et soigné par la chiropratique.

     Dans ce cas précis, le jeune garçon souffrait de cette condition depuis sa naissance et était traité médicalement avec des laxatifs, un régime riche en fluides et en fibres, tout ceci sans aucun résultat.

     La moyenne des mouvements intestinaux  du patient était d’environ un tous les 7 jours ( !), voire 10 jours, quelquefois même 2 semaines, et évidemment très douloureux (sans blague...) Apparemment il était né normalement, avait été allaité jusqu’à l’âge de 6 mois  et ne souffrait pas d’autre condition.

     La maman le conduisit chez un chiropraticien qui décela une subluxation du sacrum.
                               

     Un ajustement de ce segment fut aussitôt initié pour corriger cette subluxation. Dans ce cas particulier, le patient vit une amélioration quasi immédiate de sa condition dès ce premier ajustement (ceci est rarement le cas, rappelons-le).

     La maman du patient rapporta avec excitation qu’il avait été à la selle le jour même et 2 jours plus tard. C’était pour elle tout simplement miraculeux car de toute sa vie il n’avait jamais été aux toilettes deux fois en trois jours !!!

     Le patient fut ajusté pendant encore quatre semaines et continua à montrer des résultats très positifs. Plusieurs mois plus tard, des visites d’évaluation montrèrent que le jeune patient avait retrouvé un transit normal.

     Epilogue : 13 ans plus tard, un appel téléphonique apprit au chiropraticien que le même patient était toujours aussi bien « réglé » !  Voilà des résultats à long terme !

     L’étude rappelle que la constipation chronique représente 3% des visites pédiatriques et 30% chez les gastro-entérologues pédiatriques !

 

LES DIFFERENTS "BLOCAGES" DE LA REGION LOMBAIRE :

     Après des années d’abus divers (mauvaises postures, mauvaises façons de soulever, manque d’échauffement), le dos devient très vulnérable, et en particulier le bas du dos. Les articulations sont les plus souvent sujettes aux blessures mais d’autres structures peuvent être étirées, déchirées ou déformées.

     Voici quelques unes des causes de « blocage » (ou subluxation) les plus courantes :

 

1) Le syndrome facettaire  survient  suite à un mouvement brusque et violent impliquant une extension du dos (genre plaquage) et souvent après des années de négligence de la colonne vertébrale. Le résultat : douleur aigüe, raideur, difficulté pour se mouvoir avec quelquefois  le haut du corps légèrement incliné vers l'avant et parfois sur le côté. 

                                                                            

2) Le syndrome sacro-iliaque apparait  également suite à un mouvement brusque  ou à un effort mais la douleur (aigüe) est plutôt ressentie dans la région de la hanche et de la fesse, voire dans l'aine. Vous avez des difficultés à changer de positions (même au lit) et du mal à enfiler vos chaussettes... la sensation peut-être particulièrement aigue. Ce syndrome peut être difficile à différencier d’un syndrome facettaire ou d’un problème discal. C’est certainement l’une des plus fréquentes erreurs de diagnostic couramment appelée par les personnes non qualifiées : déchirure musculaire ! 

                                                                                  

 3) Le syndrome discal (synonymes: pincement, glissement, déplacement, protrusion, hernie) survient après un mouvement brusque ou un effort (généralement un soulèvement quelconque) sur une colonne déjà bien fatiguée, abîmée ou fragilisée (la goutte d’eau qui fait déborder le vase…), et peut causer de très sévères douleurs dans le dos et dans les jambes.   Attention: le syndrome discal met du temps à se préparer et met aussi du temps à se guérir !
                                         

4) La foulure ligamentaire ou musculaire est souvent due à une mauvaise posture ou une ancienne blessure lombaire non traitée. Les symptômes sont des maux de dos chroniques (récidivants) avec des spasmes (ou contractures) musculaires.

5) La scoliose  touche en priorité les jeunes adolescentes et il est important de la détecter avant l’âge de 10 ans. Bien qu’elle soit souvent indolore au début, elle peut par la suite devenir très invalidante si elle n’est pas « mobilisée » correctement par des ajustements chiropratiques réguliers, et rééduquée par des exercices adéquates.

                                                   


     Question stupide : Les blocages (ou subluxations) de la région lombaire sont-ils à prendre au sérieux ?

     Premièrement ils vous gâchent la vie et ça, c’est déjà sérieux. Mais même si les douleurs disparaissent en quelques jours, vous n’êtes, pour autant, pas débarrassé du problème définitivement : il y a de grandes chances, si vous n’êtes pas suivi chiropratiquement, qu’elles reviennent, un peu plus handicapantes à chaque nouvelle attaque. De plus, les blocages (ou subluxations) de la région lombaire sont souvent accompagnés d’une multitude de symptômes plus ou moins pénibles (constipation, règles douloureuses, douleurs dans les jambes, hémorroïdes, ballonnements, crampes, etc.)


                Attention bis: si l’une de vos connaissances souffre :

 

De douleurs dans les jambes avec perte de sensibilité ou « fourmis » ;

De douleur dans le dos ou dans les jambes après avoir toussé ou éternué ;

De difficultés à rester debout ou assise pendant un certain temps ;

De raideurs en se levant le matin ;

De douleurs après avoir marché un certain temps ;

De douleurs dans la hanche, la fesse, la cuisse, le genou ou le pied ;

 

RENDEZ LUI SERVICE ET COMMUNIQUEZ-LUI MES COORDONNEES LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE: VOUS LUI EVITEREZ PEUT-ETRE UNE CHIRURGIE AUX RESULTATS PLUS QU'ALEATOIRES!