Bienvenue

Bienvenue sur le blog de Benoit Rouy, chiropracteur diplômé du National College of Chiropractic de Chicago et exerçant à Auxerre depuis 1984.

mardi 27 avril 2010

Lettre d'Informations Chiropratiques avril 2010

Pour ce numéro, je vous propose , en exclusivité, l' introduction de mon nouveau livre :

Principes Fondateurs Réactualisés

(Grâce à la recherche scientifique contemporaine)


 

Introduction


 

« Le chiropraticien du futur voudra prescrire des médicaments et être admis dans les hôpitaux, et le médecin du futur délivrera des ajustements spécifiques en parlant d'Intelligence Innée, et il vous traitera (toujours) de charlatan ! »                                 B.J.Palmer


 

        L'art chiropratique est né dans la ville de Davenport dans l'Iowa, le 18 septembre 1895.

        Ce jour-là, un mercredi, David Daniel Palmer (on l'appelle communément D.D.), un magnétiseur très renommé alors âgé de 50 ans, « replace » (on ne disait pas encore « ajuste ») l'une des vertèbres dorsales du concierge de son immeuble, Harvey Lillard.

        Laissons D.D. raconter lui-même ce moment historique :

     « Harvey Lillard, un concierge du Ryan Building, où j'avais mon cabinet, était tellement sourd depuis 17 ans, qu'il
n'entendait

pas le
vacarme que faisait le tramway, ni le tic-tac d'une montre.

    J'enquêtais quant à la cause de cette surdité et j'appris qu'en faisant un effort dans une position étriquée et voûtée (« cramped and stooped »), il avait senti quelque chose qui lâchait dans son dos, et il était immédiatement devenu sourd. Un examen montra une vertèbre déplacée (« racked from ») de sa position normale. Je me dis que si cette vertèbre était replacée, l'ouïe du «bonhomme » devrait être restaurée. Dans cette intention, une bonne demi-heure de discussion persuada Monsieur Lillard de me laisser la replacer. Je la remis en utilisant les apophyses épineuses comme levier et rapidement, l'homme pu entendre comme avant. Il n'y eut rien « d'accidentel » dans tout cela, car ce fut accompli dans cette intention, et le résultat attendu fut obtenu. »

    Peu de temps après, c'est un patient cardiaque qui se voit délivré de son affection après un « ajustement » vertébral spécifique, et cette fois-ci, selon les propres termes de Palmer, « immédiatement » :


« Je me suis alors dit : Si deux maladies aussi dissemblables que la surdité et la maladie cardiaque pouvaient être causées par une interférence, une compression sur les nerfs, d'autres maladies n'auraient-elles pas des causes similaires ? »

        Quelques mois après, et fort de plusieurs milliers d'expériences et de résultats enthousiasmants, il fonde un nouvel art, et le Révérend Samuel Weed, l'un de ses premiers patients, le baptise Chiro (du grec  main) practic (de  : mise en action, agissant).

    Donc, littéralement, la chiropratique est la « mise en action par la main ».

    Mais la mise en action de quoi au juste ?

    Dans sa « somme », The Chiropractor's Adjuster, parue en 1910, D.D. Palmer nous répond :

« La philosophie de la Chiropratique est fondée sur le principe que les fonctions vitales de l'être humain sont exécutées (« performed »), et dirigées par une Intelligence Innée (« Innate »).

    Tant que cette intelligence est capable de transmettre un influx nerveux à toutes les parties du corps, libre et sans obstruction (« free and unobstructed »), nous fonctionnons normalement et conservons une bonne santé.

Un déplacement d'une partie quelconque du squelette peut provoquer des compressions, des tensions sur les nerfs, qui sont les moyens de communication de cette intelligence, et créer ainsi un affaiblissement ou une amplification des fonctions de l'organisme, constituant ainsi des aberrations connues sous le nom de : maladies.

Les chiropraticiens ajustent, avec leurs mains, tous les déplacements osseux, en particulier ceux de la colonne vertébrale, dans le but d'enlever ces compressions des nerfs qui sont la cause de ces dérangements.

En agissant ainsi, c'est la transmission normale de l'influx nerveux qui est restaurée et c'est la santé qui est rétablie. »

    Tout juste cent ans après ces assertions, et dans le dessein de réactualiser le concept, réaffirmons les principes chiropratiques suivants :

  1. Chaque être vivant possède une Intelligence Innée (« Innate » en anglais) intrinsèque, une force vitale, qui permet à l'organisme de s'auto guérir et de s'adapter en permanence aux contraintes qui lui sont imposées par les environnements extérieur et intérieur.

        Le rôle de l'Innate est de maintenir l'homéostasie (l'équilibre) entre tous les éléments du corps humain, et ainsi, de le conserver en bonne santé, son état naturel.

  1. Le système nerveux régit toutes les fonctions de l'organisme. L'Intelligence Innée utilise le système nerveux comme moyen de transmission, de communication entre le cerveau et les différentes cellules du corps. Grâce à cet influx nerveux, l'Innate coordonne et contrôle chaque cellule et chaque fonction humaines.
  2. Les dérangements vertébraux, appelés subluxations, provoquent, par des tensions et des compressions sur le système nerveux, des interférences qui nuisent à la bonne transmission de l'influx nerveux et « gênent » ainsi l'Innate dans sa mission régulatrice. 
  3. La correction (l'ajustement) de ces subluxations par le chiropraticien réduit les irritations nerveuses, permet au système nerveux de fonctionner de manière optimal, restaure la bonne transmission de l'influx nerveux et permet ainsi à l'Innate de remplir sa mission avec efficacité.

            Ces quatre principes « vitalistes » sont l'essence même de l'identité chiropratique, et ils constitueront les thèmes de nos quatre chapitres.

            Nous pensons vraiment que la philosophie chiropratique ne change pas, parce qu'elle est basée sur des concepts, des lois, des principes qui sont eux-mêmes immuables.

        Notre philosophie est basée sur des réalités : L'Intelligence Innée EST une réalité : Sans entrave, elle est toujours efficace à 100%. La subluxation vertébrale EST une réalité : Elle est toujours néfaste au bon fonctionnement du système nerveux.

    Joseph Strauss D.C., Professeur de Philosophie chiropratique, exprime parfaitement notre conviction :

    « Nous avons une philosophie. Elle existe depuis le commencement des temps. Des hommes ont hai notre philosophie. Ils l'ont ridiculisée, ils l'ont calomniée, ils nous ont mis en prison pour l'avoir pratiquée. Ils ont essayé de
    faire passer des lois pour la
    rendre illégale et nous empêcher de l'expliquer aux patients.


    Malgré tout, notre philosophie existe toujours.

    D'autres ont essayé de la déformer, de la compliquer, de la remanier pour qu'elle puisse plaire à ceux qui la haïssent.

    Nonobstant tous ces assauts, notre philosophie reste droite, pure, et inaltérée.

    Certes, nous mourrons tous, notre philosophie, elle, ne peut pas mourir, car vous voyez, notre philosophie est simplement la philosophie de la vie ».

        

            Comble de l'ironie : Alors que certains chiropraticiens dits « pragmatiques » essaient de passer sous silence les origines historiques de notre profession, et tentent, par tous les moyens, de dissimuler les écrits philosophiques de nos fondateurs, on voit, dans le même temps, la frange la plus influente, la plus «médiatique» et la plus dynamique de la médecine officielle, adopter un discours « holistique » qui ressemble à s'y méprendre à celui des Palmer, père et fils.

            Encore plus prodigieux, et nous le verrons, la recherche scientifique contemporaine, en particulier celle qui s'intéresse depuis les trente dernières années aux relations entre le système nerveux et le système immunitaire, tend à démontrer que les théories énoncées par D.D.Palmer dès 1895 se vérifient chaque jour.

            Mais cela, des millions de patients ont pu, et continuent à le constater quotidiennement, depuis plus de cent quinze ans !