Bienvenue

Bienvenue sur le blog du Centre Chiropratique Auxerrois

vendredi 17 juillet 2020

Les nouvelles de la Chiro juillet 2020

Accidents de voiture et maux de tête, que faire ? 

90% des patients victimes d’accidents de la route se plaignent de maux de tête, ou de « céphalées »

Il en existe plusieurs types :

Les maux de tête cervicogéniques (les plus fréquents) qui viennent de la colonne cervicale : ce sont des irritations nerveuses déclenchées directement par le traumatisme, ou bien en conséquence des lésions sur les ligaments et disques vertébraux. 
Les céphalées de tension, dues aux tensions et spasmes musculaires après le choc 
La migraine, maladie neurologique due à une excitabilité anormale des neurones
Les maux de tête d’origine vasculaire, plus rares mais qui peuvent être très graves, causés par des lésions des vaisseaux sanguins : en plus des douleurs au niveau du cou et de la tête, ils sont accompagnés de vertiges, troubles de la vision, malaises... 
Les suites d’un traumatisme crânien, quand le cerveau vient cogner la boîte crânienne lors d’un impact, qui peuvent avoir des effets néfastes à très long terme, même en ce qui concerne les cas « bénins ». 
Un mal de tête peut être le symptôme d’une pathologie sous-jacente, c’est pourquoi ils ne sont pas à prendre à la légère après un accident ! Juillet 2020 Un examen complet par un professionnel compétent, accompagné parfois d’imageries médicales, est nécessaire afin de déterminer la cause des douleurs et d’y remédier. 
La chiropraxie est efficace sur un grand nombre de cas de céphalées, en permettant par des manipulations douces de retrouver un fonctionnement normal et optimal au niveau de la colonne cervicale et du système nerveux. 

vendredi 5 juin 2020

Les nouvelles de la chiro Jujn 2020

En bas du dos, au niveau des vertèbres lombaires et du sacrum, plusieurs racines nerveuses se rassemblent pour former les nerfs qui descendent dans les jambes jusqu’aux orteils. 

Nous possédons 5 vertèbres lombaires, nommées L1, L2, L3, L4 et L5, articulées les unes avec les autres grâce aux disques intervertébraux, qui sont en quelque sorte les amortisseurs de la colonne vertébrale. 

 
Il arrive qu’un disque s’affaiblisse, se fissure ou se rompe, et qu’une partie de son noyau fasse irruption, venant comprimer une racine nerveuse ! C’est ce qu’on appelle une hernie discale. 

En conséquence, les nerfs formés des racines touchées vont se trouver irrités, et inflammés sur leur parcours. Selon l’endroit ou le disque fait irruption, les symptômes peuvent être différents. 


Si la racine atteinte est située entre L2, L3 ou L4, la douleur va se situer plutôt à l’avant de la cuisse. Elle descend rarement en-dessous du genou, mais se trouve être vraiment fulgurante.  On parlera ici de CRURALGIE, car les racines évoquées se réunissent pour former le nerf crural. 


Lorsqu’il s’agit des racines entre L5 et S1 (le sacrum, tout en bas de la colonne), dont l’atteinte est beaucoup plus fréquente, la douleur se manifestera sur le côté externe de la jambe, ou bien à l’arrière. Il arrive qu’on ait également des crampes, des fourmis dans les pieds, et même parfois une boiterie ou une paralysie... Et l’on parle alors de SCIATIQUE, à cause du nerf sciatique formé de ces dernières racines. 


Une « sciatique » ou une « cruralgie » ne sont donc pas une pathologie en soi, ni un diagnostic ! Ce sont simplement les termes (utilisés souvent à tort pour désigner n’importe quelle douleur du membre inférieur...) qu’on utilise pour désigner la douleur ressentie lorsque ces nerfs sont irrités.


La hernie discale, véritable pathologie en cause, bien que très douloureuse et handicapante, peut se soigner !   Contrairement aux idées reçues, il existe d’autres solutions à la chirurgie qui est souvent bien trop systématique, et comporte des complications et des risques importants.

C’est ici que l’ajustement chiropratique peut intervenir ! Sécuritaires, douces et sans douleur, les manipulations vertébrales réalisées avec un protocole d’exécution rigoureux, pratiquées par les chiropracteurs depuis de nombreuses années, sont dans la grosse majorité des cas de hernies non seulement sûres, mais rapidement et DURABLEMENT EFFICACES !

 
Si l’une de vos connaissances souffre de sciatique ou cruralgie, ne la laissez pas souffrir et transmettez-lui nos coordonnées !

 

vendredi 22 mai 2020

Les nouvelles de la chiro mai 2020

Chiropraxie et système immunitaire :  les ajustements auraient-ils un impact sur nos défenses naturelles ? 


Une étude de Ronald Pero, Ph.D., chef de la recherche sur la prévention du cancer au Preventive Medicine Institute de New York et professeur de médecine à l'Université de New York, a démontré il y a quelques années un lien entre la colonne vertébrale et le système immunitaire, et l'effet positif que les soins chiropratiques peuvent avoir sur le système immunitaire et la santé en général.

Le Dr Pero a comparé le système immunitaire de patients recevant des soins chiropratiques avec celui de la population générale, et également celui de personnes atteintes d'un cancer ou d'une autre maladie grave. Son étude initiale de trois ans portait sur 107 personnes ayant été suivies en chiropraxie pendant cinq ans ou plus.  Il s’est avéré que les patients chiropratiques ont développé des compétences immunitaires à 200% plus élevées que les personnes non suivies, et à 400% plus élevées que ceux atteints d’une pathologie grave.    « Lorsqu’il est appliqué dans un cadre clinique, je n'ai jamais vu un groupe autre que ce groupe chiropratique connaître une augmentation de 200% par rapport aux patients normaux. C'est pourquoi c'est si dramatiquement important. Nous n'avons jamais vu une amélioration aussi positive dans un groupe. », a déclaré à l’époque le docteur Pero. 

En 1991, Patricia Brennan, Ph.D., à la tête d'une équipe de chercheurs, avait aussi fait le lien entre un seul ajustement chiropratique, et un renforcement immunitaire immédiat : son étude a montré une « explosion oxydative chez les phagocytes des neutrophiles polymorphonucléaires (PMN) et des monocytes » immédiatement après l’ajustement.  [Cette réaction des phagocytes a pour but de détruire les entités pathogènes.] 





Ces études montrent que le système immunitaire répond donc réellement à une stimulation de la colonne vertébrale !

A l’heure actuelle il est démontré que cet effet perdure quelques minutes, il nous est donc impossible d’affirmer que les ajustements « boosteraient » notre système de défense de manière définitive, mais c’est important de rappeler que l’effet de la chiropraxie dépasse le simple stade d’un « déblocage » et d’un soulagement de la douleur. 


Une colonne en bonne santé, c’est un système nerveux qui travaille à son plein potentiel, permettant ainsi à tous les systèmes de l’organisme (respiratoire, digestif, circulatoire, immunitaire, ...) de fonctionner de manière optimale avec le moins d’interférences possible.






1) East West Health Magazine, November, 1989. 2) Brennan P, Graham M, Triano J, Hondras M. "Enhanced phagocytic cell respiratory bursts induced by spinal manipulation : Potential Role of Substance P." J Manip Physiolog Ther 1991; (14)7:399-400.

Les nouvelles de la chiro avril 2020 Partie 2

Les conseils d’urgence en cas de cervicalgies

Vous avez tourné la tête trop brusquement, ou bien repeint le plafond, vous avez dormi complètement de travers, ou passé des heures à terminer ce dossier sur l’ordinateur, et votre cou vous le fait sentir...  Que faire maintenant ? 

Bien entendu, la première chose à faire dans cette situation est de vous faire ajuster, afin que votre colonne vertébrale puisse retrouver un fonctionnement optimal ! Mais il peut arriver que ce ne soit pas possible, ou qu’on ne puisse pas se déplacer...

Dans ce cas, pas de panique, quelques gestes simples peuvent vous soulager et grandement vous faciliter la vie lors des prochains jours : 


• Mettre du froid... ou du chaud !  Selon le blocage, l’application d’une poche de gel froid au niveau de la nuque peut soulager (comme pour le bas du dos, 10 à 15 minutes toutes les 2 heures), mais pour certaines personnes cela peut avoir tendance à contracter la zone au niveau des épaules.  Si le froid n’est pas agréable, l’effet de la chaleur devrait réussir à décontracter votre cou. On peut appliquer une bouillotte (les bouillottes sèches remplies de graines sont très pratiques !) sur les épaules, ou bien une « serviette chaude » qui s’avère redoutable en cas de torticolis : il suffit de tremper une serviette de toilette dans de l’eau bien chaude et de l’essorer avant de la mettre autour de votre cou, ou bien de la passer au micro-onde pour la chauffer. Très efficace, mais attention aux brûlures ! Donc froid ou chaud, selon le soulagement ressenti ! 

• Prendre des anti-douleurs Si la douleur n’est pas supportable, il est possible de prendre un médicament pour avoir un peu de répit. On commence toujours par un antalgique simple comme le paracétamol (Doliprane®, Dafalgan®), avant d’augmenter le traitement si besoin. Prenez ce qui vous soulage habituellement en cas de douleurs, et demandez l’avis de votre médecin en cas de doute ! Et on évite la prise régulière d’anti-inflammatoires sur le long terme qui peuvent avoir des conséquences graves sur l’organisme.  

• Repos C’est évident, mais il est important de vous reposer : si des tissus musculaires, ligamentaires ou articulaires ont été lésés, ils vont avoir besoin d’un temps de récupération.  On évite expressément les mouvements venant stresser les cervicales : tête en arrière et bras en l’air ! Ce n’est pas le moment de tailler la haie ni de repeindre les murs de la chambre !

• Surveiller sa posture Installez-vous confortablement pour lire, ou travailler sur l’ordinateur ou la tablette.  La tête ne doit pas être trop penchée en avant, et il peut être intéressant de relever de quelques centimètres l’écran de l’ordinateur.  Et ne restez pas plus de 45 minutes sans bouger : il faut changer de position pour que le corps reprenne des informations de bonne posture régulièrement, et ne s’affaisse pas petit à petit. 

• Couvrir son cou Il est nécessaire d’éviter les courants d’air, et tout ce qui pourrait contracter vos articulations et muscles déjà inflammés. Une petite écharpe ou un foulard autour du cou peuvent se montrer de très bons alliés ! 

• Position de sommeil La position physiologique la plus adaptée pour dormir est la position sur le côté : ainsi on respecte les courbes de la colonne vertébrale, et avec un oreiller adapté (la tête doit être alignée avec le reste de la colonne) les cervicales sont en totale position de repos.  Il est possible de dormir sur le dos, mais la position sur le ventre est à éviter à tout prix. 

• Pas de minerve !  Si la douleur est trop insupportable et que vous devez vous déplacer, ou qu’un mouvement très douloureux est néanmoins nécessaire, la minerve portée un court moment pourra vous aider. Néanmoins son utilisation devrait être exceptionnelle, et évitée au maximum, car elle fige le mouvement, rigidifie le cou, et maintient la colonne cervicale en extension.  Elle cause beaucoup plus de dégâts que de soulagement sur le long terme...

• Prendre rdv Et enfin, prenez rendez-vous avec votre chiropracteur dès que la situation le permet afin de remédier au problème ! Même si la douleur diminue en général au bout de quelques jours, car l’organisme calme l’inflammation, le blocage s’il a eu lieu reste souvent sous-jacent...donc gare aux récidives ! 

Les nouvelles de la chiro avril 2020 Partie 1

Les conseils d’urgence en cas de lombalgies

Vous ne vous êtes pas fait ajuster depuis un certain temps ?  Vous avez fait un mouvement de trop ?  Ou bien cette période de stress a eu raison de vous ?  Qu’importe la cause, un blocage a malheureusement fini par arriver...  Que faire maintenant ? 

Bien entendu, la première chose à faire dans cette situation est de vous faire ajuster, afin que votre colonne vertébrale puisse retrouver un fonctionnement optimal ! Mais il peut arriver que ce ne soit pas possible, ou qu’on ne puisse pas se déplacer...

Dans ce cas, pas de panique, quelques gestes simples peuvent vous soulager et grandement vous faciliter la vie lors des prochains jours : 


• Mettre de la glace Appliquez une poche de glace en bas du dos (enveloppée dans un petit linge afin de ne pas vous brûler par le froid), pendant 10 à 15 minutes. Cela peut être répété toutes les deux heures, voire toutes les heures en cas de très forte douleur, et ceci pendant plusieurs jours si besoin jusqu’à diminution de la douleur.

• Prendre des anti-douleurs Si la douleur n’est pas supportable, il est possible de prendre un médicament pour avoir un peu de répit. On commence toujours par un antalgique simple comme le paracétamol (Doliprane®, Dafalgan®), avant d’augmenter le traitement si besoin. Prenez ce qui vous soulage habituellement en cas de douleurs, et demandez l’avis de votre médecin en cas de doute ! Et on évite la prise régulière d’anti-inflammatoire sur le long terme qui peuvent avoir des conséquences graves sur l’organisme.  


• Repos C’est évident, mais il est important de vous reposer en cas de blocage. Cela ne veut pas dire rester au lit toute la journée, mais ce n’est pas le moment de faire du jardin, du bricolage ou des travaux légèrement physiques, même si parfois le temps vous presse. Si des tissus musculaires, ligamentaires ou articulaires ont été lésés, ils vont avoir besoin d’un temps de récupération. 

• Etirements Si la douleur le permet, faites des exercices doux pour étirer le dos et retrouver un peu de mouvement. Demandez à votre chiropracteur quels sont les mouvements à faire ! Voilà l’excellente vidéo d’une consœur à ce sujet : https://www.youtube.com/watch?v=n3lzTmUz9kM&feature=youtu.be&fbclid=IwAR0uInekmZLC 13iE0WBjO70TeDD8I5DQlK6HvKIJn6WfBhxegCHABHjWzEU

• Marcher Dès que vous en avez la possibilité, allez marcher tranquillement. Tout d’abord 10 minutes, 15 minutes, selon la distance que vous pouvez parcourir sans douleur, en augmentant progressivement la durée. 

• Porter la ceinture lombaire Si vous avez une ceinture lombaire, n’hésitez pas à la mettre quelques jours lors des sorties, des courses, du travail ou des trajets en voiture. Cela permet de soutenir votre dos en limitant les contraintes, le temps que l’inflammation se calme. 

• Prendre rdv Et enfin, prenez rendez-vous avec votre chiropracteur dès que la situation le permet afin de remédier au problème ! Même si la douleur diminue en général au bout de quelques jours, car l’organisme calme l’inflammation, le blocage s’il a eu lieu reste souvent sous-jacent...donc gare aux récidives !