Bienvenue

Bienvenue sur le blog de Benoit Rouy, chiropracteur diplômé du National College of Chiropractic de Chicago et exerçant à Auxerre depuis 1984.

Premier chapitre du livre: La chiropratique: Histoire d'un combat.

Chapitre 1

D.D. Palmer : Le Fondateur



Daniel David Palmer (on l’appellera D.D.) voit le jour à Pickering*, à quelques kilomètres à l’est de Toronto, dans l’Ontario, le 7 mars 1845 (En fait une des rares bonnes nouvelles de cette année plutôt noire où sévit la grande famine en Irlande ; c’est cette année-là qu’un certain Feuchtersleben choisit pour inventer le terme de psychose, c’est tout dire… ) Son père est directeur d’école puis Receveur des Postes. Sa mère s’occupe de ses six frères et sœurs. Après une enfance un peu chaotique, il émigre aux Etats-Unis en 1865 où il devient instituteur dans l’Iowa et l’Illinois.

Au bout de six ans, découragé par le salaire alors très modeste de cette profession (et peut-être aussi par les classes plus que surchargées qu’on lui assigne : en moyenne de 50 à 80 élèves…), il achète 10 « acres » (environ 5 hectares) de terre près de la ville de New Boston, dans l’Illinois, où il se spécialise dans l’horticulture et l’apiculture.


*Et non pas à Port Perry, une bourgade voisine, comme on le pensait jusqu’en 1997.



Sa plus grande réussite agricole demeure la création d’un plant hybride de framboise particulièrement résistante, la « Sweet Home »(la propriété de Palmer, où le peu qu’il en reste aujourd’hui, restera connue sous ce nom, désormais « mythique ») qu’il exportera dans tout le pays.

En 1881, après un hiver rigoureux, il vend l’exploitation et part s’installer avec sa femme et ses deux filles dans la petite ville minière, et prospère, de What Cheer, dans l’Iowa, où demeuraient ses parents et son frère Thomas qui était l’éditeur de la gazette locale, le What Cheer Patriot. Palmer enseigne à l’école voisine et ouvre également une épicerie, ou plutôt un General Store, puisqu’on y trouvait même des poissons tropicaux* ! Son seul fils, Bartlett Joshua (B.J), nait le 14 septembre 1882.

Dans le même temps, il s’intéresse de plus en plus au spiritisme, qu’il avait abordé quand il était horticulteur, mais surtout au magnétisme thérapeutique, introduit aux Etats-Unis vers l’année 1835 par Charles Poysen. La présence à Ottumwa, la ville voisine, d’un magnétiseur de très grande réputation, Paul Caster**, influence sa vocation et facilite son apprentissage autodidacte.

En 1886, il décide de s’installer en tant que magnétiseur (magnetic healer) à Burlington, et dès 1887, à l’âge de 42 ans, au quatrième étage du fameux Ryan Building de Davenport, dans l’Iowa.

Son succès s’avère immédiat. Seulement 4 ans après l’ouverture de son cabinet, son père, qui est venu lui rendre visite, raconte, dans le What Cheer Patriot :



*De là fut colportée la légende tenace, et teintée de mépris, de la Chiropratique inventée par un épicier inculte ou un marchand de poisson ignare, au choix ! Il faut savoir qu’en Amérique, au XIX ème siècle, changer plusieurs fois de profession au cours de son existence était de pratique courante ; ceci est encore vrai de nos jours…

**Plus tard, son « cabinet » de 4 étages deviendra l’hôpital de la ville !



« Il (D.D) exerce dans 14 pièces qui sont toutes bondées….Il vient de louer tout le quatrième étage, ce qui lui fera 24 pièces….Il recherche surtout les cas que les autres docteurs n’ont pas pu soigner, et d’après ce que j’ai pu observer, c’est sans aucun doute ceux-là qu’il obtient…Ses patients sont de toutes conditions : Riches, pauvres, médecins, prêcheurs, vraiment de toutes conditions, et ils n’ont pas pu être guéris par leur médecin…Il ne guérit pas toutes les maladies, ni toutes les personnes, mais la plupart de ses patients sont guéris. »


Le 18 septembre 1895, après neuf années plutôt prospères, arrive l’épisode historique que D.D Palmer relate lui-même dans son livre The Chiropractor’s Adjuster :



« Harvey Lillard, un concierge du Ryan Building, où j’avais mon cabinet, était tellement sourd depuis 17ans, qu’il n’entendait pas le vacarme que faisait le tramway, ni le tic-tac d’une montre. J’enquêtais quant à la cause de cette surdité et j’apprit qu’en faisant un effort dans une position étriquée et voûtée (cramped and stooped), il avait senti quelque chose qui lâchait dans son dos, et il était immédiatement devenu sourd. Un examen montra une vertèbre déplacée (racked from) de sa position normale. Je me dis que si cette vertèbre était replacée, l’ouïe du «bonhomme » devrait être restaurée. Dans cette intention, une demi-heure de discussion persuada M. Lillard de me laisser la replacer. Je la remis en utilisant les apophyses épineuses comme levier et rapidement, l’homme pu entendre comme avant. Il n’y eut rien « d’accidentel » dans tout ça, car ce fut accompli dans cette intention, et le résultat attendu fut obtenu. Il n’y avait rien de « grossier» dans cet ajustement ; il était spécifique, tellement spécifique qu’aucun chiropraticien ne l’a égalé. »



En réalité, Harvey Lillard était déjà patient de D.D depuis un certain temps, et sa surdité rendait ce dernier perplexe. Il l’avait déjà traité par passes magnétiques, sans succès, mais avait à chaque fois senti une « bosse bizarre » dans son dos.

Un beau jour que Lillard était en train de raconter une histoire drôle à un de ses amis dans le couloir du quatrième étage, D.D Palmer sortit de son bureau afin de partager leur plaisanterie. Celle-ci étant à priori particulièrement spirituelle (nous n’en avons malheureusement pas retrouvé sa trace…) il partit d’un rire massif et donna une grande claque dans le dos d’Harvey avec le livre qu’il était en train de lire. Quelques jours plus tard, Harvey lui signifia qu’il croyait entendre mieux depuis la claque reçue ! Palmer lui répondit : « On verra ce qu’on peut faire à propos de ça. »Il essaya ensuite pendant plusieurs séances de réduire la « bosse », mais c’est seulement après avoir acquis une certaine assurance qu’il put enfin replacer la vertèbre la plus célèbre de l’histoire. Deux minutes après ce premier « ajustement », Harvey Lillard put entendre le tic-tac d’une montre (de l’époque !) posée à 50 centimètres de lui. Harvey vécut jusqu’en 1925 et mourut, toujours concierge, à Seattle .

Au début, Palmer entend garder secrète sa nouvelle méthode, et il pratique à l’abri des regards, dans l’obscurité la plus complète, et à priori sans table, directement à même le sol (d’où quelques nez ensanglantés, il faut bien l’avouer…)

Le 14 janvier 1896, un de ses anciens patients, le Révérend Presbytérien Samuel Weed, à qui il parle de sa découverte pour laquelle il n’a pas encore trouvé de nom, lui suggère d’utiliser chiropractic , des mots grecs cheir, main, et praktos, faire.

Au bout de deux ans, et toujours aussi peu disposé à faire partager sa méthode, il échappe de justesse à un accident de tramway, et il se décide aussitôt après à former son premier étudiant, LeRoy Baker, de Fulton dans l’Illinois ( qui d’ailleurs n’ira pas au bout des études…).

Sa pratique devient vraiment gigantesque : un récit parle de 91 patients (les bien nommés !) dans la salle d’attente à l’heure de l’ouverture, 13 H, chacun ayant pris un numéro et attendant son tour pour un « traitement » chiropratique.

En janvier 1898 se présente William Seeley, son deuxième étudiant « à temps plein ». Forte de ses deux « pionniers », ce sont les débuts officiels de la Palmer School and Infirmary of Chiropractic.

Arrivent l’année 1902 et un cortège d’événements inattendus : Le 6 janvier, son fils Bartlett Joshua, B.J ( il n’a alors que 20 ans), et trois autres étudiants obtiennent leur diplôme de Doctors of Chiropractic (D.C). Dès le 16 avril, B.J se voit inculpé pour ce qu’on appellerait aujourd’hui un « exercice illégal de la médecine »(le premier d’une très très longue série…) Bien que les poursuites soient assez vite abandonnées, D.D Palmer en ressent certainement de l’amertume puisque sans autre explication*, et alors en pleine ascension professionnelle et sociale, il fait ses bagages et déménage en Californie !

Il en profite pour ouvrir une deuxième école à Santa Barbara, associé à Oakley Smith et à Minora Paxton, la première femme chiropraticienne, dont nous reparlerons.

*La seule explication « officielle » fournie par D.D quant à ce départ subi, fut la réception d’une lettre qui lui annonçait la disparition en Californie d’un de ses premiers étudiants, Tom Storrey. Les parents de Tom lui auraient demandé son aide pour le rechercher…Il sera rapidement retrouvé.



D.D revient à Davenport à la fin de 1903 et il reprend la direction de l’école, qui entre temps, a déménagé, en partenariat avec son fils B.J. En octobre 1905, c’est à son tour d’être poursuivi pour « exercice illégal de la médecine », mais là, les choses se passent beaucoup moins bien que pour son fils, puisque le 27 mars 1906, il est condamné à une amende de $350 (de l’époque), et comme il refuse de payer, il se retrouve derrière les barreaux où il passe 23 jours…

Pour D.D. Palmer, c’en est trop ! Le 30 avril, apparemment épuisé par la tournure des événements, il vend sa part de l’école à son fils pour $2196,79.

Il se rend à Medford, dans l’Oklahoma, où se trouve son frère Thomas, et il ouvre, tout en continuant à pratiquer la chiropratique, une épicerie (sic) qui devient vite prospère. Rapidement néanmoins, il crée une Palmer School of Chiropractic à Oklahoma City qui perdurera 2 ans. En novembre 1908, il part pour Portland, dans L’Oregon, où il ouvre le D.D. Palmer College of Chiropractic, qui changera de nom lors de son départ, en 1910.

La même année, il fait paraître son œuvre phare, The Chiropractor’s Adjuster, 1000 pages très denses où il écrit :

« J’ai toujours maintenu que, en tant que créateur de la Chiropratique, quand un nerf est gêné ou entravé, par une compression, ou par une autre lésion, tôt ou tard, son expression devient anormale, et se manifeste par des conditions que l’on appelle « maladies »…

Je dirais que la Chiropratique est la seule méthode qui intelligemment, ajuste les tissus osseux déplacés, enlève la pression, soulage l’irritation, et ainsi, permet à la Force Vitale (Innate) de fonctionner correctement. »


A propos de ce même livre, l’historien de la Chiropratique, Pierre-Louis Gaucher-Peslherbe note :


« Nous pouvons aussi nous demander, combien de docteurs de l’époque, américains, ou bien même européens, auraient été capable de citer dans un même souffle Cabriolus, Morgagni, Cheselden, et Fallope ? »


D.D. Palmer va consacrer la majeure partie de ses dernières années à donner des conférences.


Le lundi 20 octobre 1913, à l’âge de 68ans, après 28 jours de maladie, « Old Dad Chiro » (Grand Père Chiro) meurt chez lui, à Los Angeles, de la fièvre typhoïde. C’est tout du moins ce qu’indique le certificat de décès. Il est cependant possible que son état ait empiré suite à un accident de la circulation qu’il avait eu, six semaines auparavant, à l’occasion de la parade annuelle de la Palmer School of Chiropractic à Davenport, et alors que le chauffeur du véhicule incriminé n’était autre que son fils B.J. ! Ces circonstances pour le moins troubles ont pendant longtemps donné lieu à toutes sortes de suspicion de parricide envers son fils, en particulier de la part de Joy Loban D.C., qui avait ouvert, dès 1910, une école concurrente, le Universal College of Chiropractic, à quelques mètres de la Palmer School...


Les cendres de Old Dad Chiro sont conservées dans la crypte familiale du cimetière d’Oakdale, à Davenport.